Quelle formation pour travailler dans le cinéma ?

Quelle formation pour travailler dans le cinéma ?

Entre les écoles privées, publiques, les universités ou même les BTS, quelles études choisir pour apprendre les métiers du cinéma ? Certaines formations sont plus axées sur la pratique tandis que d’autres se focalisent sur l’aspect théorique. Petit tour d’horizon des différentes formations afin de choisir la plus adéquate.

Établissements publics : une admission sélective 

On compte deux grands établissements publics de cinéma : la Fémis et l’École nationale supérieure Louis Lumière. Leurs formations, à la fois théoriques et pratiques, sont très complètes et vous donnent les clés pour maîtriser tous les métiers du cinéma. Néanmoins, attendez-vous à une admission très sélective des étudiants avec un niveau minimum requis de bac+2.

Parmi les autres écoles gratuites, on retrouve l’Institut national d’audiovisuel (INA) et l’École européenne supérieure de l’image (ÉESI) dont les critères d’admission sont un peu moins exigeants. Vous pourrez aussi vous diriger vers l’École de la Cité créée par Luc Besson et la CinéFabrique à Lyon qui ont l'avantage d'ouvrir leurs portes aux jeunes de 18 à 25 ans, sans exiger le moindre diplôme.

Enfin, une seule classe préparatoire forme en deux ans aux concours des grandes écoles de cinéma, il s’agit de ciné-sup au lycée Guist’hau de Nantes. La sélection est très stricte, seuls les excellents élèves titulaires d’un bac général ont une chance d’intégrer la formation. Par ailleurs, les candidats doivent parallèlement s’inscrire à Paris 1 Panthéon-Sorbonne afin d’avoir une équivalence en L1 ou L2 selon leurs résultats. À noter que si vous êtes boursier, vous pouvez bénéficier du programme "Egalité des chances" afin d'être (peut-être) sélectionné par la fondation Culture et diversité pour intégrer les ateliers préparant au concours d’entrée de la Fémis et de l’école Louis Lumière. 

À l'université, focus sur la culture générale

En France, il existe plus de 80 formations universitaires spécialisées dans le cinéma. Face aux nombreuses candidatures, la sélection se fait sur dossier, bien qu’elle soit forcément moins exigeante que celle des écoles les plus réputées. Côté apprentissage, l’accent est principalement mis sur la maîtrise de la langue et la culture générale avec notamment des cours d’histoire, de sociologie, de linguistique d’ethnologie, de théorie et d’esthétique du cinéma. Même si le programme est essentiellement académique, certaines universités sont plus tournées vers la pratique que la théorie.

Écoles privées : faire le bon choix

On retrouve également une soixantaine d’écoles privées en France, avec parmi elles, les plus connues comme l’ESEC, le CLCF, l’ESRA, l’Arfis, 3IS ou encore l’Eicar. En moyenne, elles coûtent toutes entre 6000 et 8000 euros l’année. Avant tout, assurez-vous que la formation est validée par un diplôme, une certification au niveau de l’État et une reconnaissance auprès de la profession. Pensez à vous rendre aux journées portes ouvertes, discutez avec les étudiants et les enseignants afin de vous faire votre avis. 

Le BTS, une alternative intéressante

Le BTS Métiers de l’audiovisuel se déroule sur deux ans, propose cinq options de formation (métiers de l’image, métiers du son, montage et postproduction, techniques d’ingénierie et d’exploitation des équipements, gestion de production) et prévoit huit à douze semaines de stage pour ses étudiants. Si la formation est de qualité, la plupart des étudiants ne s’arrêtent pas à l’obtention du BTS et poursuivent leurs études à l’université ou en école pour espérer intégrer le milieu du 7ème art.

Vincent Villemer

Journaliste

Vous aimerez aussi
Travailler à l'étranger : les bons réflexes

Travailler à l'étranger présente bien des avantages, notamment pour booster un CV. Mais avant de passer le pas, il faut un...

Étudier
3 compétences à travailler avant d'entrer dans la vie active

Décrocher un diplôme, c’est bien, mais il y a un gouffre entre les études et le monde professionnel. Pour aborder votre...

La confiance en soi, ça se travaille !

Les intervenants du premier meet-up organisé par OZZ à Bordeaux nous ont donné leurs conseils pour rester confiant en toutes...

Travailler à l'étranger après ses études... On y va ou pas ?

Une fois leur diplôme en poche, nombreux sont les étudiants à rêver de partir travailler à l'étranger. Mais...

Trouvez l'info que vous cherchez