Etudes : comment faire face au bizutage ?

Etudes : comment faire face au bizutage ?

Le bizutage reste malheureusement une réalité dans de nombreuses écoles en France et partout dans le monde. Pour lutter contre ce fléau, tout le monde doit se mobiliser, des étudiants aux familles, en passant par le corps enseignant.

Le bizutage, c'est quoi ? Selon la définition, il s'agit d'une pratique qui consiste à amener une personne à subir ou à commettre des actes humiliants ou dégradants, le plus souvent dans le cadre scolaire. Les soirées et week-ends d'intégrations sont souvent le théâtre de ce genre de faits, qui prennent différentes formes : nudité, actes sexuels, consommation excessive d'alcool ou de drogues...

Le bizutage, c'est illégal !

Afin de pouvoir lutter contre ce fléau, il s'agit d'un point essentiel à rappeler : le bizutage est une pratique illégale de l'ordre des délits, et ce même si les personnes qui subissent le bizutage sont consentantes. Les faits peuvent être punis de 6 mois d'emprisonnement et de 7 500 euros d'amende. Des peines qui sont doublées si la victime est une personne vulnérable, et qui peuvent aller jusqu'à 10 ans d'emprisonnement en cas de violences, de menaces ou d'atteintes sexuelles.

L'union fait la force

Dire non lorsque l'on est seul face à un bizutage n'est pas toujours facile. N'hésitez alors pas à vous rapprocher d'autres "bizuts", que ce soit pour refuser de faire les choses demandées ou pour mener une action en justice de groupe. À plusieurs, il est généralement plus facile de se faire entendre, et vous pourrez vous soutenir mutuellement. Ne gardez pas cela pour vous : vous n'avez pas à porter ce poids tout seul. Si besoin, n'hésitez pas à vous rapprocher de certaines associations, telles que le CNCB (Comité National Contre le Bizutage), ou encore SOS Bizutage.

Que faire en cas de bizutage ?

Vous avez vous-même été victime d'un acte de bizutage ou simplement été témoin ? L'important est d'en parler. En théorie, l'idéal serait de rapporter les faits au commissariat ou à la gendarmerie, de porter plainte. Mais ce n'est pas toujours chose facile. Si vous ne vous en sentez pas capable, le mieux est d'en parler à un adulte de confiance, parent, professeur ou responsable de votre établissement. Ce dernier aura alors pour mission de saisir le procureur de la République et d'engager des poursuites disciplinaires contre les auteurs et les personnes ayant contribué à ces actes.

La Rédaction OZZ

Journaliste

Vous aimerez aussi
Création d'entreprise : vers qui se tourner pour se faire aider ?

La création d’une entreprise demande un minimum d’accompagnement. Pour mettre toutes les chances de votre côté,...

Étudier
Emploi : se faire recruter en situation de handicap

Même si la tendance est plutôt à l'optimisme, l'entrée sur le marché du travail reste un véritable parcours...

Le coût des études supérieures

Une fois le bac en poche, une bonne partie des Français choisit de faire des études supérieures. Mais ils sont moins nombreux...

Voyage : comment se faire rapatrier en cas de souci de santé ?

Jambe cassée, maladie rare, accident de la route… en cas d'urgence médicale au cours d’un voyage à...

Trouvez l'info que vous cherchez