Au coeur de La Fabrique de Digitaleo

Largement inspirée des valeurs d’innovation et de bien-être qui règnent dans la Silicon Valley, Digitaleo s’est installée à Rennes dans un espace atypique ouvert aux start-up. Bienvenue à la Fabrique.

Créée en 2004, Digitaleo s’est imposée comme l’une des sociétés qui comptent en matière de marketing digital en France. L’aventure a commencé dans le grenier de Jocelyn Denis, fondateur de l’entreprise. Il y a passé deux ans à peaufiner son projet, avant de s’installer à Saint-Grégoire, dans la pépinière de la CCI. "Les bureaux étaient classiques, très cloisonnés. Je ne m’y sentais pas très bien", se souvient Jocelyn Denis. "C’est ce qui m’a poussé à faire tout l’inverse pour mes locaux. J’ai tout ouvert et mis de la transparence."

Attiré par l’immobilier, le boss de Digitaleo est passionné par les bâtiments industriels. Un dada qui lui vient de ses origines. Il est né à Cholet, dans le Maine-et-Loire, où l’on trouve de nombreuses friches de l’industrie textile. Mais quand il a commencé à chercher un bâtiment de ce type à Rennes pour créer son siège social, il a vite déchanté. Il ne trouvait pas le lieu dont il rêvait, avec de grands espaces, des verrières et des poutres métalliques… jusqu’à ce que Rennes Métropole lui parle d’une ancienne fabrique de munitions de 2 000 mètres carrés qu’ils hésitaient à raser. Là, ça a été le coup de foudre.

L'accueil de La Fabrique de Digitaleo ne ressemble à aucun autre avec son camion Citroën HY.
L'accueil de La Fabrique de Digitaleo ne ressemble à aucun autre avec son camion Citroën HY.

Situé dans l’ancien quartier de l’arsenal de Rennes, devenu La Courrouze, le bâtiment acquis par Digitaleo est un lieu chargé d’histoire. "Nous avons reçu récemment les anciens salariés de Giat Industries, qui fabriquaient des munitions entre ces murs", raconte Jocelyn Denis. "Ça a été un choc des générations quand ils ont rencontré mes équipes de geeks, mais je pense qu’ils étaient émus de voir le lieu revivre après une longue période d’abandon." Plein de générosité, le chef d’entreprise a mis la cafétéria de la société à leur disposition pour qu’ils puissent y organiser leurs assemblées générales.

Un lieu doté d’une riche histoire

Depuis que Digitaleo a pris possession des lieux en 2014, le bâtiment s’appelle La Fabrique. Ce nom a été choisi par un groupe de travail composé de salariés, dont la mission était de donner une identité à ces nouveaux bureaux. "Moi j’aurais choisi un nom anglophone, genre Factory, mais ils ont opté pour La Fabrique en référence à l’histoire du lieu et aux murs de briques", explique Jocelyn Denis. "J’ai initié le projet, mais globalement je les ai laissés faire. D’ailleurs, quand j’ai vu la moquette verte la première fois, j’ai eu un peu peur. Mais en fait c’est super agréable, ça donne un côté zen."

Pour la décoration des locaux, Jocelyn Denis a notamment fait appel au graffeur Poïti, qui avait pris l'habitude de peindre dans le bâtiment quand il était laissé à l'abandon.
Pour la décoration des locaux, Jocelyn Denis a notamment fait appel au graffeur Poïti, qui avait pris l'habitude de peindre dans le bâtiment quand il était laissé à l'abandon.

"Pendant 20 ans, ça a été un refuge pour les graffeurs du coin, un lieu de créativité, et j’estimais que ça faisait partie de l’histoire du bâtiment"

Pour ce chantier de grande envergure, Digitaleo a été épaulé par un architecte et un décorateur. Leur expertise s’est avérée indispensable, notamment quand il a fallu couper le mur d’enceinte de moitié. L’entreprise a également fait appel à de jeunes designers rennais pour créer des éléments de mobilier. Une bonne idée pour donner leur chance aux nouvelles générations tout en disposant de meubles uniques. Mais ce n’est pas tout… Jocelyn Denis a parcouru la toile pour retrouver l’un des graffeurs vedettes de la région, Poïti, qui avait pour habitude de peindre dans l’ancienne fabrique de munitions abandonnée. "Pendant 20 ans, ça a été un refuge pour les graffeurs du coin, un lieu de créativité, et j’estimais que ça faisait partie de l’histoire du bâtiment", détaille Jocelyn Denis. "D’ailleurs, en discutant avec mes équipes, j’ai appris qu’un des mes salariés avait pour habitude de venir peindre ici." Poïti a réalisé deux fresques dans les locaux de Digitaleo, pour le plus grand bonheur du patron.

Le camion Citroën HY, l’arme fatale de Digitaleo

L’aménagement des espaces s’inspire de ce qui se fait dans la Silicon Valley, où Jocelyn Denis s’est rendu à de nombreuses reprises. Et s’ils ont finalement troqué le projet de toboggan contre une nacelle, moins dangereuse, ils ont adopté une idée très américaines pour fêter les victoires. À chaque succès, les salariés sont encouragés à donner un coup dans le gong installé dans le patio. "Dans une entreprise, on parle souvent des problèmes, des choses à régler, mais on célèbre rarement les victoires", souligne Jocelyn Denis. "Pourtant, il y en a tous les jours, que ce soit un nouveau client, un projet terminé, un recrutement… Je pensais que ça ne marcherait pas, mais c’est devenu un réflexe. Quand ça ne 'gong' pas, les gens s’inquiètent."

Dans le patio de La Fabrique, on trouve la nacelle dans laquelle les candidats attendent leur entretien d'embauche, ainsi que le gong qui sert à célébrer les victoires de Digitaleo et des start-up qui louent des espaces dans le bâtiment.
Dans le patio de La Fabrique, on trouve la nacelle dans laquelle les candidats attendent leur entretien d'embauche, ainsi que le gong qui sert à célébrer les victoires de Digitaleo et des start-up qui louent des espaces dans le bâtiment.

Au-delà de l’influence américaine, Digitaleo s’est évertuée à s’approprier les lieux. Le camion Citroën HY à l’accueil, c’est à la fois une idée et un rêve personnel de Jocelyn Denis. Il symbolise le commerce des années 1960, donc les clients de Digitaleo, mais c’est aussi un "aspirateur à cartes de visites", sourit Jocelyn. "Quand on va dans des salons avec, ça attire du monde sur notre stand et ça nous apporte tout de suite un capital sympathie. C’est plus facile ensuite pour faire du business."

Paris en 1h30, c’est pour bientôt

La Fabrique, c’est l’endroit dont rêvait Jocelyn pour son entreprise. Mais il avait envie de partager son rêve, d’en faire un lieu de vie ouvert sur l’extérieur. Il a donc créé des salles de séminaire et compte transformer un jour la cafétéria en restaurant ou en café. Mais surtout, il a décidé de partager le bâtiment avec une dizaine de jeunes pousses indépendantes. Elles travaillent toutes dans le numérique, et en particulier dans la data. "C’est un incubateur nouvelle génération. Les start-up louent les espaces qu’elles occupent, on vit ensemble, mais il n’y a pas de programme d’accélération", développe Jocelyn Denis. "C’est plutôt de l’échange d’informations autour d’un café. En résumé, c’est une mini Station F." La formule marche, car La Fabrique est en train de devenir un lieu de référence à Rennes pour l’industrie numérique.

Depuis que Digitaleo s'est installé à La Courrouze, le quartier a bien changé. D'ici quelques années, la zone grouillera d'activités.
Depuis que Digitaleo s'est installé à La Courrouze, le quartier a bien changé. D'ici quelques années, la zone grouillera d'activités.

L’ultime atout de La Fabrique, c’est son emplacement stratégique. Elle va bientôt pouvoir bénéficier d’une ligne de métro flambant neuve, avec une station implantée à deux pas. Si les travaux avancent comme prévu, le lieu sera situé à 1h30 de Paris à partir de juin 2020… Le quartier de La Courrouze, lui, est l’un des plus actifs de Rennes. On ne compte plus les édifices qui sortent de terre. "Quand j’ai acheté le bâtiment, il n’y avait même pas le boulevard à côté, c’était presque vide", raconte Jocelyn Denis. "Aujourd’hui, quand je vois le nombre de grues tout autour, je me dis que le quartier sera top d’ici trois ans."

Le siège est une réussite qui fait la fierté de Digitaleo. Mais Jocelyn Denis ne compte pas s’arrêter là. Il commence déjà à prospecter pour trouver des lieux qui pourraient compléter la Fabrique. On a hâte de voir ce qu’il va imaginer...

Guillaume Huault-Dupuy

Journaliste

Vous aimerez aussi
Digitaleo rapproche les entreprises des consommateurs

Née à Rennes en 2004, Digitaleo commercialise une plate-forme en ligne permettant aux entreprises de communiquer directement avec...

Corporate
Trouvez l'info que vous cherchez
Corporate

Au coeur de La Fabrique de Digitaleo

Largement inspirée des valeurs d’innovation et de bien-être qui règnent dans la Silicon Valley, Digitaleo s’est...

Au coeur de La Fabrique de Digitaleo
Au coeur de La Fabrique de Digitaleo